Allez au contenu, Allez à la navigation, Allez à la recherche, Changer de langue

Histoire de Verdun

Histoire de Verdun

mardi 26 février 2013 - Présentation des collections

Les objets exposés dans cette salle illustrent l’histoire de la ville, ses personnages et faits marquants. Une vue présente la morphologie urbaine de Verdun à la fin du 17ème siècle. On y repère aisément deux des grandes caractéristiques verdunoises : la cathédrale et les nombreux clochers alentours rappellent que la ville est l’un de trois évêchés lorrains, la citadelle et les fortifications illustrent le rôle défensif de la cité du fait de sa position géographique. Trois autres tableaux  présentent des vues de la ville, dont deux avant la Grande Guerre.

Plusieurs sceaux illustrent les différents visages de Verdun. Le plus ancien, celui de la Cité de Verdun, date du 13ème siècle, voire du 12ème siècle et rappelle l’influence croissante des Bourgeois de Verdun, dont le pouvoir civil voulait contrer le pouvoir ecclésiastique. Le sceau du chapitre de Verdun montre la cathédrale Notre-Dame avec ses quatre tours et rappelle que le chapitre fut également très puissant, faisant ainsi de l’ombre à l’évêque. Des monnaies anciennes évoquent la présence précoce d’ateliers de frappe monétaire à Verdun, autorisés par l’Empereur germanique. Elles témoignent de la prospérité commerciale de la cité au Moyen-Age. Frappées à l’effigie d’évêques verdunois à partir de l’an 1000, parmi lesquels Nicolas Psaume, figure importante à Verdun au cours du 16ème siècle, la monnaie devient un symbole de pouvoir.
 
 Un tableau évoque l’un des faits marquants de l’histoire verdunoise, la mort de Beaurepaire, officier français né en 1740 et lieutenant-colonel en charge de la défense de Verdun en 1792. La ville, alors assiégée par les Prussiens, est sommée de se rendre. Selon la légende, Beaurepaire se serait suicidé, refusant la capitulation. Parmi les personnages historiques représentés, le lieutenant-général François de Chevert, né à Verdun en 1695, est célèbre pour ses nombreuses batailles victorieuses qui lui valurent tout autant de décorations.
 
 Plusieurs vitrines sont consacrées à deux des activités industrielles de la ville, la confiserie et la verrerie. La fabrication de la dragée verdunoise connaît encore aujourd’hui une renommée mondiale. La seconde industrie verdunoise présentée est celle de la cristallerie de Maurice Model active entre 1930 et 1940 et spécialisée dans la fabrication d’objets en verre pressé-moulé.
 
 Les deux grandes maquettes situées au centre de la pièce sont des projets de sculptures pour le décor de la Gare de l’Est, à Paris, remaniée et agrandie à la fin des années 1920. Toutes deux sont l’œuvre de Henry Varennes (1830-1933). L’Allégorie de Verdun, dont la version en pierre surplombe actuellement le fronton Est de la Gare, symbolise la défense de Verdun lors de la Première Guerre Mondiale. La Meuse et la Marne, destinée à surmonter une horloge, représente les allégories des deux fleuves sous les traits de deux femmes allongées et dénudées.